Fonctionnement d'une micro-station d'épuration

Les conseils SARP -
22 Juillet 2021
Fonctionnement d'une micro-station d'épuration SARP Mediterranee
Alternative au système d'assainissement collectif, la micro-station d'épuration fonctionne selon le même principe qu'une station d'épuration municipale. Ce système d'assainissement des eaux usées individuel séduit par son format compact et son caractère écologique : les micro-organismes naturellement présents dans les eaux usées détruisent les matières organiques. Avant d'être rejetées dans le milieu naturel, les eaux usées passent par 3 phases. Voici les différentes étapes du fonctionnement d'une micro-station d'épuration.

Les étapes du fonctionnement d'une micro-station d'épuration

La micro-station d'épuration est une solution très complète : un seul dispositif assure le prétraitement et le traitement des eaux usées. En béton, polyéthylène ou polyuréthane, elle se compose de plusieurs compartiments qui accueillent les eaux usées à chaque étape du processus d'épuration.

Étape 1 : la décantation

Il s'agit d'une phase de prétraitement. Les eaux usées sont collectées dans un premier bassin où les éléments solides vont être séparés des liquides. Ce sont les bactéries et enzymes présentes dans les eaux usées qui vont détruire les matières organiques. Celles-ci prennent la forme d'un effluent liquide.

Étape 2 : le passage dans le bassin de réaction

Cette seconde phase du traitement des eaux usées a lieu dans une autre cuve appelée bassin de réaction. Un générateur d'air aère les eaux prétraitées lors de la phase précédente. Cet effluent est ensuite mis en contact avec des bactéries. Contrairement à la phase précédente, il s'agit de bactéries aérobies, c'est-à-dire qui consomment de l'oxygène. Elles contribuent à diminuer la pollution. Les gaz et boues générés lors de cette étape sont décantés avant d'être renvoyés dans le premier compartiment à l'aide d'un système de recirculation. Selon le modèle de station de micro-épuration, il peut s'agir d'une pompe ou d'un air-lift.

Étape 3 : la clarification puis le rejet des eaux traitées

Certaines micro-stations possèdent une troisième cuve où les eaux subissent une clarification. Les boues sont ensuite renvoyées vers la première cuve. Les eaux dépolluées sont rejetées dans le sous-sol ou dans un cours d'eau, mais seulement après étude et avis favorable du SPANC (Service d'Assainissement Public Non-Collectif).

Les conditions pour le bon fonctionnement d'une micro-station d'épuration

Les bactéries sont essentielles au bon fonctionnement de la micro-station d'épuration. Sans elles, le processus de dégradation ne pourrait pas avoir lieu. Pour permettre à ces microorganismes de se développer, il est indispensable de les nourrir avec un activateur biologique. C'est la condition sine qua non pour un traitement optimal des eaux usées à l'intérieur de la station d'épuration. Après une longue absence, vous devrez réactiver les bactéries.

Simple à installer, la micro-station d'épuration fonctionne à l'électricité. Elle doit donc être branchée en continu. Ce système d'assainissement est pratique pour une résidence principale, mais est moins adapté à une résidence secondaire. Notez que les micro-stations ne peuvent pas être installées en zone sensible. Pour en savoir plus, consultez la classification du SPANC.

Bon à savoir : comme la fosse-toutes-eaux, la micro-station d'épuration peut uniquement recevoir les eaux domestiques (WC, douche, lavabo…). Elle ne peut donc pas collecter les eaux de pluie.